Catégorie : Astuces et Conseils

Symbole de la monnaie euro

Crédit bancaire : parcours du combattant ou promenade de santé ?

Vous souhaitez vous mettre à l’alpinisme. l’Everest vous tente. Seulement voilà, vous partez la fleur au fusil, vous n’avez même pas songé vous dégourdir les jambes dans le Jura ou le Mont-Blanc. Pour couronner le tout, vous vous lancez dans votre ascension tongs aux pieds… Inutile de poursuivre, vos chances sont minces d’arriver au sommet. Pour obtenir un crédit de votre banque, c’est un peu la même chose. Non, le crédit n’est pas réservé aux PME et aux groupes internationaux. Que vous soyez travailleur indépendant ou à la tête d’une TPE, votre banque peut vous accorder un crédit. Encore faut-il un minimum de préparation. Rappel de quelques points fondamentaux.

1. Gardez à l’esprit que votre banque n’aime pas prendre de risques. Et au-delà des chiffres, votre attitude face à votre interlocuteur (le plus souvent, il s’agit du chargé d’affaires qui a le ou les comptes de votre activité en portefeuille) doit jouer en votre faveur. Inutile d’enjoliver les choses ou de raconter une histoire à dormir debout. En revanche, avoir une approche positive, lucide, constructive est un vrai plus. Si vous avez confiance dans votre présentation, voilà un premier obstacle de franchi. Car si le crédit est bel et bien un produit, votre chargé d’affaires, lui, devra à son tour le « vendre à l’étage au-dessus ».

2. Anticipez. Plus vous ferez votre demande tôt, plus vous aurez de chances d’obtenir votre crédit. Votre banque n’aime pas l’urgence. On parle ici d’un besoin de financement, pas d’une facilité de caisse pour palier un soucis de trésorerie ponctuel. Présenter votre demande le plus tôt possible est rassurant pour votre banque et stratégique pour vous.  

3. Parlez crédit avec votre expert-comptable : une nécessité. S’il y a bien une personne pour vous aider en amont, c’est votre expert-comptable. D’une part, il connait votre activité et vos bilans. D’autre part, il peut vous aider à calculer le montant le plus juste dont vous aurez besoin. Votre expert-comptable pourra aussi, le cas échéant, vous accompagner lors de votre rendez-vous avec votre banque et vous épauler dans la négociation.

4. Préparez votre dossier. Demandez à votre banquier les pièces dont il aura besoin pour étudier votre demande. Il voudra au minimum les deux derniers bilans de votre activité. Préparez-lui un business plan détaillé de l’utilisation des fonds. S’il ne vous le demande pas, fournissez-le malgré tout. 

4. Négociez. Le taux de votre crédit ? Non mais les frais de dossier oui ! Et en général, il y a de fortes chances que ces frais vous soit offerts.

5.  Vous n’avez pas d’apport ? Ce n’est pas rédhibitoire. Tout dépend du montant que vous souhaitez emprunter. Mais si votre banque juge que le montant de crédit demandé est important au regard de votre chiffre d’affaire, elle vous demandera un apport au financement.

6. Protégez-vous : refusez d’engager vos biens personnels comme garantie de votre crédit. Si ce n’est pas déjà le cas, faites une déclaration d’insaisissabilité auprès de votre notaire. La démarche est peu coûteuse et pourra, en cas de défaillance, protégez vos biens personnels.

En conclusion, obtenir un crédit de votre banque, ne doit pas se transformer en parcours du combattant. Cela étant dit, ce n’est pas non plus une « promenade de santé ». Si malgré tout, votre banque vous refusait un crédit, la concurrence bancaire existe. Et d’autres possibilités de financement s’offrent à vous. On vous en dit plus ici-même, sur notre blog, très prochainement !

 

Les Echos prises & marché

Actualité RH : Aide à l’embauche d’un premier salarié.

Beaucoup de créateurs d’entreprises mais aussi d’entrepreneurs exerçant en solo hésitent à embaucher, bien souvent par manque de connaissance des aides dont pourrait bénéficier leur structure.
L’inquiétude face à des charges supplémentaires est aussi un frein même si l’embauche d’un collaborateur devient nécessaire pour le développement de leur activité.
C’est notre rôle d’expert-comptable de mettre en avant les nouveaux dispositifs d’incitation à l’embauche. Surtout quand le processus de mise en place a été simplifié. C’est le cas de l’aide à l’embauche d’un premier salarié, qui est active depuis cet été.
Pour pouvoir en bénéficier, l’entreprise doit :

  • – embaucher un salarié dans le cadre d’un contrat à durée indéterminée ou d’un contrat à durée déterminée de plus de douze mois. Le contrat doit prendre effet entre le 9 Juin 2015 et le 8 Juin 2016.
  • – correspondre à la définition de la TPE. Si vous avez un doute, nous sommes là pour vous conseiller.

Le montant de l’aide s’élève à 4000 euros sur deux ans, à raison de 500 € par période de 3 mois d’exécution du contrat de travail.

Bon à savoir : l’aide est maintenue pour un nouveau contrat de travail, quand le premier contrat a été rompu au cours de la période d’essai, en cas de démission, de licenciement pour faute ou inaptitude.

Vous pouvez retrouver l’ensemble des détails de cette nouvelle aide sur le site du service-public.fr
https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/actualites/008168
Les modalités de demande de l’aide à l’embauche d’un premier salarié se font via ce formulaire :
http://www.emploi.gouv.fr/premiersalarie/pdf/PE-0885-0715_saisissable.pdf

Par l’équipe du cabinet d’expertise comptable Luis Alegre & Associés